vendredi 18 mai 2018

TALENCE : ordre du jour du Conseil municipal du 24 mai 2018

Conseil municipal du 24 mai 2018 
 
Ordre du jour

RAPPORTEUR M. LE MAIRE
1 - Installation de Madame Agnès BEFVE, nouvelle Conseillère Municipale, à la suite de la démission de Monsieur Laurent PRADES
2 - Fixation du nombre de postes d'adjoints suite à la démission de M. Laurent PRADES de sa fonction d'adjoint et élection d'un nouvel adjoint
3 - Régime indemnitaire des élus - Modification
4 - Approbation du procès-verbal des séances publiques des 19 mars et 12 avril 2018
5 - Décisions municipales – Information du conseil
6 - Dénomination de voie
7 - Périmètre de mise à l’étude des domaines en application du schéma de mutualisation dans le cadre du cycle 4 – Autorisation
8 - Désignation d’un DPO – Délégué à la Protection des Données

RAPPORTEUR M. VILLEGA-ARINO – Adjoint délégué à la Culture
9 - Convention de partenariat avec l’assocation «Les Festes baroques en terre des Graves et du Sauternais»
10 - Convention de partenariat avec l’assocation «L’Effet Papillon»

RAPPORTEUR M. JESTIN – Adjoint délégué aux Finances – aux Proprirétés communales
11 - Résiliation du bail commercial LE TOUARS (pizzeria-brasserie) Place Paul Gauguin – Talence Thouars
12 - Subvention exceptionnelle à l’association Les Jardins de Raba
13 - Subvention exceptionnelle au centre social Mix-Cité
14 - Tarifs restauration municipale, temps périscolaire, centres de loisirs, classes de découverte, école multisports, vacances sportives, stade nautique, installations sportives, tennis municipal, sorties découverte du ski nautique et du wake board, ateliers du forum, école de musique et de danse, espace seniors, pour l'année 2018/2019

RAPPORTEUR M. PARANTEAU - Adjoint délégué aux associations et infrastructures sportives et au développement du sport pour tous
15 - Acceptation offre de concours Association UST Club Tennis – couverture terrains de tennis et construction de terrains de padel

RAPPORTEUR Mme FABRE-TABOURIN – Adjointe déléguée à la Participation citoyenne et à la Qualité de ville
16 - Conseils communaux – Désignation des membres du collège des Elus et personnalités
17 - Adoption d'une charte chantier à faibles nuisances environnementales

RAPPORTEUR Mme CHADEBOST – Adjointe déléguée à la Sauvegarde et la Promotion du patrimoine communal
18 - Demande d’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques des trois pavillons du Château Peixotto
19 - Adhésion à la Fondation du patrimoine – Années 2018-2019

RAPPORTEUR Mme DESGUERS – Adjointe déléguée au Conseil municipal des jeunes
20 - Création d’un Conseil Municipal des Enfants

RAPPORTEUR Mme PITOT – Adjointe déléguée aux Ressources humaines
21 - Nombre de représentants du personnel au Comité technique et au Comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail, maintien du paritarisme et des instances communes ville – CCAS
22 - Recours au service de remplacement du centre de gestion de la fonction publique territoriale
23 - Reconduction d’un poste au Service Municipal Emploi
24 - Création de poste technicien HQD
25 - Ratio d’avancement à l’échelon spécial du grade d’Attaché hors classe

RAPPORTEUR M. ERCHOUK – Conseiller municipal délégué à la Cohésion sociale et territoriale 26 - Adhésion au réseau France Médiation

RAPPORTEUR – M. FARGUES – Conseiller municipal délégué à la Jeunesse
27 - Ouverture d’un accueil collectif de mineurs maternelle et élémentaire pour la rentrée scolaire 2018-2019
QUESTIONS ORALES

mercredi 16 mai 2018

Conférence : Le capitalisme et son environnement : adaptation ou façonnage ?


 tƐg – Talence – Conférence

Le capitalisme et son environnement :


adaptation ou façonnage?


La très grande majorité des économistes considère que le capitalisme s’adapte pleinement aux variations, parfois erratiques, de son environnement. Ainsi, le système s’ajusterait aux « chocs »  tant internes qu’externes dans une stratégie essentiellement défensive.  
Au contraire, j’affirme que  pour atteindre son objectif d’exploitation maximale à moindre coût, le système capitaliste déploie une stratégie offensive de façonnage de son environnement. Il impose un ajustement structurel permanent à la société dans son ensemble.
Grâce à l’avancement de l’ajustement structurel qu’il impose, le système maitrise un nombre de plus en plus important de paramètres, mais des réactions, des évènements… inattendus peuvent se produire et menacer le déploiement de la stratégie d’exploitation. Dans ce contexte, la trajectoire capitaliste s’adapte généralement par un  infléchissement défensif temporaire tout en conservant le même objectif.

Bernard CONTE
Économiste – Les Afriques dans le monde (LAM) – SciencesPo Bordeaux

 Mardi 29 mai - 20h30

Talence - auditorium du Forum des Arts et de la Culture
Place Alcala de Henares – À côté de la librairie Georges
Centre ville de Talence
Tramway ligne B – station Forum
Contact : 06 98 52 99 78 - bconte@free.fr

vendredi 4 mai 2018

La dette réelle publique française est en fait, de l’ordre de 6.000 milliards d’euros, soit 300 % du PIB

L’Empire de la Dette : La dette réelle publique française est en fait, de l’ordre de 6.000 milliards d’euros, soit 300 % du PIB

La dette réelle publique française est  en fait, de l’ordre de 6.000 milliards d’euros, soit 300 % du PIB



En Europe, les banques centrales détiennent une trop grande partie de leurs dettes nationales souveraines. La Banque de France détient un peu moins de 20 % de la dette négociable de l’État, alors que le pourcentage n’était que de 5 % en 2014. Malgré l’euro, tout se passe comme si la Banque de France continuait à financer directement le déficit de l’État français…
La dette publique française s’élève à 2.218,4 milliards d’euros, soit 97 % du PIB ; les intérêts s’élèveront à 42,1 milliards d’euros en 2018. Mais le drame, c’est que la dette réelle, selon la Cour des comptes, est de l’ordre de 6.000 milliards d’euros, soit trois fois plus que le chiffre médiatisé.
Il convient d’ajouter, en effet, à la dette publique les engagements hors bilan de l’État français, c’est-à-dire l’ensemble des engagements futurs de l’État et toutes les garanties et cautions qui s’activeraient en cas de défaillances ou de krach. Les futures pensions et retraites des agents en exercice de l’État sont estimées à 2.150 milliards d’euros, ce qui fait déjà passer la dette française à 200 % du PIB. Quant aux garanties et cautions accordées par l’État français à, par exemple, la Grèce, Areva, EDF, Dexia et le Crédit lyonnais, elles s’élèvent à 1.920 milliards d’euros.
La dette réelle publique française est donc bien, en fait, de l’ordre de 6.000 milliards d’euros, soit 300 % du PIB

Et pendant ce temps là 

Le chiffre : un milliard

C’est, en euros, le montant de ce qu’a versé en trop l’Unédic (l’union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) à des « chômeurs » qui n’y avaient pas droit. Cela correspond à 2,3 millions de versements indus. Le phénomène s’étend, il a augmenté de 36 % entre janvier 2015 et décembre 2017. Ce milliard représente environ 3 % du total des allocations versées, qui s’élève à 36 milliards.
A notr qu’aux États-Unis, la situation n’est guère plus  brillante car la quantité de monnaie offerte a été multipliée par 16, en passant de 940 milliards de dollars à 15.000 milliards entre 1981 et 2016, tandis que la vitesse de circulation de la monnaie s’écroulait des deux tiers, en passant de 3,6 à 1,2. La dette globale des États-Unis, elle, a été multipliée par 47, de 1.500 milliards de dollars, en 1969, à 70.000 milliards, en 2017, alors que, pendant la même période, le PIB américain n’était multiplié que par 19, c’est-à-dire qu’il a fallu, pendant ces 48 dernières années, 2,5 dollars de dette pour générer 1 dollar de PIB. Depuis 2006, il a même fallu 5 dollars de dette pour générer 1 dollar de PIB. 

 Lire la suite