jeudi 20 juin 2013

La stratégie du DOI


 
La stratégie du DOI

Je suis fonctionnaire et je viens d’apprendre que pour la 4ème année consécutive (depuis 2010) le point d’indice sera gelé. Cela signifie que le pouvoir d’achat du fonctionnaire va baisser d’au moins l’équivalent du pourcentage d’inflation. De juillet 2010 à aujourd’hui, la baisse du salaire réel a été de 6,2% (source : CGT). Cela signifie, par exemple, qu’une baguette de pain de 200 grammes achetée en 2010 équivaut aujourd’hui à une baguette de 187,6 grammes. 12,4 grammes de pain se sont envolés… vers quels horizons ?

Fonctionnaire tire-au-flanc
Remarquez, comme nous le rabâchent les néolibéraux, c’est un peu normal, les fonctionnaires sont des privilégiés : sécurité de l’emploi, salaires mirobolants, retraites somptueuses… et la plupart travaillent peu et, osons le dire, il y a pas mal de « feignasses ». Bref, le fonctionnaire dysfonctionne et coûte cher à la collectivité. En période de vaches maigres, l’équité commande de serrer le kiki aux fonctionnaires, on ne peut pas continuer à entretenir grassement des tire-au-flanc quand on demande des sacrifices aux « vrais » travailleurs.
 
Chômeur profiteur
Dans la foulée, sous prétexte d’économies et d’équité, notre gouvernement socio-néolibéral devra aussi s’intéresser aux chômeurs qui agissent souvent comme des « passagers clandestins » (des profiteurs) du système de couverture du chômage. Malgré les statistiques montrant la réalité d’un chômage élevé, bien sûr qu’il y a du travail chez nous ! Les chômeurs n’ont qu’à accepter des emplois de plongeurs dans la restauration ou d’éboueurs, par exemple. Il n’y a pas de sot métier ! De plus, cela éviterait notamment de faire appel à l’immigration. Mettons les chômeurs au travail ! Peu importe la nature de l’emploi, cela leur redonnera « fierté » et « confiance » en eux-mêmes ! Voilà le discours dominant.
 
Iniquité solaire
Dans le cadre de la recherche de l’équité, je tiens à signaler au gouvernement qu’il est inadmissible que les habitants de la Côte d’Azur bénéficient d’un ensoleillement annuel moyen supérieur à 2900 heures, alors qu’en Moselle, ledit ensoleillement ne dépasse guère les 1600 heures. L’idéal serait d’arriver à réduire l’ensoleillement des privilégiés, car l’équité néolibérale, c’est le nivellement par le bas ! Cette démarche étant problématique, pourquoi ne pas taxer les privilégiés du soleil ? Le budget de l’État est tellement nécessiteux.

Equité et droits nouveaux
Dénicher des (petits) « privilégiés », accorder des « droits nouveaux », c’est pour les gouvernants un bon moyen de divertir l’opinion publique pour qu’elle oublie l’essentiel. Il leur faut, sans cesse, créer et instrumentaliser de « nouvelles » fractures sociétales pour occuper les esprits et diriger les énergies vers des chimères. Pendant ce temps, l’essentiel se joue derrière le rideau de fumée, parfois lacrymogène.
 
Exploitation renforcée et étendue
La vraie finalité du jeu c’est d’imposer la paupérisation et l’asservissement du plus grand nombre au profit d’une élite mondialisée. Bien peu seront en mesure de s’affranchir de ce processus qui conduit notamment à l’euthanasie des classes moyennes. D’ailleurs, ceux qui, pensant appartenir à la crème de la classe moyenne se croient intouchables, ne seront pas épargnés et leur chute sera d’autant plus douloureuse qu’ils tomberont de plus haut. Mais pour l’instant, au bord de leur piscine, comme des pions, ils font le jeu de leurs maîtres.

La stratégie du DOI
Mettre en œuvre des politiques esclavagistes, c’est gouverner contre le peuple. Pour y parvenir, le gouvernement doit diviser et opposer, pour imposer (DOI). La stratégie du DOI, occulte par essence, est conçue pour lubrifier les rouages de l’imposition du néolibéralisme prédateur et pour le présenter comme logique, naturel, inéluctable... Comme le disait feu Margaret, il n’y a pas d’alternative… à l’enfer néolibéral. La poursuite de l’exploitation implique la permanence de l’oppression.
 
Bernard Conte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire