mercredi 29 juillet 2015

La Tiers-Mondialisation (4)

Ecrit en décembre 2012
La Tiers-Mondialisation (4)

Le Nord (L'Europe)... est sous la contrainte de l'ajustement néolibéral des structures imposé par la finance internationale. Cet ajustement a pour objectif de polariser la société en laminant notamment les classes moyennes. Il vise à enrichir les vrais riches et à paupériser tous les autres. L'ajustement néolibéral c'est l'instauration de l'apartheid social...


Avec plus de néolibéralisme et moins de démocratie
            Le traitement de la crise en Europe révèle la stratégie adoptée par l’oligarchie.  Elle consiste à insuffler une dose supplémentaire de néolibéralisme pour tenter de prolonger l’agonie rémunératrice du capitalisme financiarisé. Mais, pour créer de nouvelles rentes, notamment par la privatisation, pour maximiser leur montant, pour les mobiliser et sécuriser leur paiement, il faut inscrire les procédures dans le droit et même les graver dans la loi fondamentale qu’est la Constitution. C’est ce que propose  l’ordolibéralisme[1]. En Europe, parallèlement à l’approfondissement de la crise, on assiste à un emballement ordolibéral avec, par exemple, la volonté d’inscrire la « règle d’or » budgétaire dans les constitutions nationales et celle d’adopter un nouveau traité européen plus « ambitieux » dans l’imposition du néolibéralisme et plus strict dans l’application de sanctions, toujours plus rigoureuses, en cas de manquements à la règle.
            Pour la finance, cette dynamique présente un intérêt certain. D’une part, elle institutionnalise la mise à la diète de la population et son exploitation par le biais de la dette. De plus, d’une certaine manière, l’arsenal règlementaire constitue une assurance contre les défauts de paiement[2]. D’autre part, l’ordolibéralisme « force » l’appropriation des réformes[3] en les incrustant dans le droit. Il permet aussi aux élites politiques complices de s’abriter derrière la loi pour dégager une part de leur responsabilité dans la mise en oeuvre des politiques néolibérales. Lesdites élites peuvent même user de démagogie électoraliste en tenant un discours critique vis-à-vis des règles « imposées » dont elles ont facilité l’adoption.
Au final, c’est la démocratie qui en pâtit en devenant de plus en plus virtuelle[4].  En effet, le dispositif ordolibéral, qui instrumentalise le principe de subsidiarité cher à Saint Thomas d’Aquin, réduit l’éventail des choix politiques par l’encadrement et la dilution du pouvoir de l’État central. Ainsi, les populations n’ont plus d’emprise réelle sur l’économique et le social quel que soit leur vote. Comme les régimes politiques tendent vers un bipartisme aux programmes convergents, et que l’oligarchie contrôle les partis politiques susceptibles de gouverner, la démocratie cède progressivement la place à une sorte de néo-féodalisme.
Dans ces conditions, il est évident que le programme d’intensification du néolibéralisme ne sera pas en mesure de résoudre la crise actuelle, qui n’est pas conjoncturelle, mais systémique.

Mais la crise est systémique
La crise globale actuelle est l’aboutissement inéluctable de la crise du fordisme, dont les prémices sont apparues dès la fin des années 1960, et qui s’est brusquement matérialisée à partir du premier choc pétrolier de 1973. Le fordisme repose sur le couplage de la consommation de masse et de la production de masse[5]. Pour dépasser la crise de la baisse des profits, le système capitaliste a évolué en procédant au découplage géographique de la production et de la consommation. La délocalisation des productions, vers des zones à bas salaires, permettant de réduire les coûts et de rehausser les profits. Mais cette mutation a brisé le fragile équilibre du système en transférant une part croissante de la valeur ajoutée du facteur travail vers le capital. Ainsi, dans les zones géographiques de consommation de masse, du fait de la réduction (ou de la moindre augmentation) du pouvoir d’achat, la demande ne pouvait que se réduire, amorçant une crise de surproduction. Cette tendance a été contrecarrée par un développement exponentiel du crédit. C’est sur la base d’un endettement « fuite en avant » suicidaire que la croissance a pu être maintenue jusqu’à l’implosion récente qui marque les limites extrêmes du fordisme.




[1] Sur l’ordolibéralisme, voir les chapitres 1 et 6.
[2] Cela répond au même souci d’assurance contre les incidents de remboursement de crédit que les credit default swaps (CDS) largement mis en cause dans l’origine de la crise actuelle de la dette.
[3] Dans les pays du Sud, les institutions financières internationales ont pointé la nécessité de l’appropriation (ownership), par les populations, des réformes néolibérales afin qu’elles réussissent.
[4] Cf. infra, chapitre 6 et Bernard Conte, « Le néolibéralisme et l’illusion démocratique », Le  Grand Soir, 6 novembre 2011,  http://www.legrandsoir.info/le-neoliberalisme-et-l-illusion-democratique.html  - consulté le 6/01/2012.
[5] Cf. infra, chapitre 2.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire