mardi 11 juillet 2017

G20 post-libéral : la politique enchaine l’économie


Par Christofor Podshibyakin
Le dernier sommet du G20 à Hambourg a encore une fois prouvé que le monde est en phase de transition critique. La façon dont cet événement a été organisé, le champ d’information qui l’a entouré et les sujets discutés au cours des sessions décrivent le fait le plus important de la réalité actuelle: l’économie est marginalisée alors que la politique est à nouveau considérée comme le noyau de tous les processus mondiaux.
La «fin de l’histoire» proclamée par les érudits néolibéraux au tournant des XX et XXI siècles signifiait que le développement économique et la concurrence feront l’objet d’un intérêt pour tous dans le monde, car le libéralisme semblait être le seul modèle politique restant sans aucune autre alternative pour le combattre. Mais les crises sévères dans les sphères politiques et économiques de l’Occident ainsi que la reprise rapide de la Russie et l’influence croissante des pays émergents ont prouvé que l’histoire est vivante et a beaucoup de choses à dire.

Sommet non économique des plus grandes économies du monde
Le G20 a été créé comme un format plus large par les membres du G7 lorsqu’ils ont compris que l’économie des pays occidentaux ne leur permettait pas de contrôler les processus mondiaux – la part des pays émergents progressait d’une manière que personne n’aurait pu prédire. Ainsi, la création d’un format qui comprendrait les 19 plus grandes économies et l’UE en tant que membre distinct semblait être une démarche logique. Mais année après année, les sujets de ces sommets ont évolué de plus en plus de l’économie vers la politique. Finalement, en 2017, la communauté mondiale voit la transition finale du G20 à sa nouvelle formule : les superpuissances mondiales discutent de la politique alors que les économies les plus solides l’écoutent.
Pas un seul grand article sur ce sommet de Hambourg parlant de discussions économiques. La réunion de Vladimir Poutine avec Donald Trump était clairement un événement politique. Les sujets de leur discussion ont touché des aspects tels que la guerre en Syrie, la crise ukrainienne et la cyberguerre. Aucun de ces sujets ne peut être appelé économique. De même, l’ordre du jour de ce qui était autrefois un sommet économique contenait des questions telles que la guerre au Moyen-Orient, la lutte contre le terrorisme, la migration et la sécurisation de la stabilité d’internet. Des points traditionnellement libéraux tels que les pratiques commerciales, l’égalité professionnelle et les droits des femmes ont été marginalisés par les organisateurs eux-mêmes et par tous les participants au sommet.

Pourquoi cela se produit-il?
La crise de l’hégémonie américaine et l’effondrement du système unipolaire ont conduit à une construction plus rapide du système multipolaire de relations internationales. Comme chaque pôle de cette structure a besoin d’une sorte de justification interne pour son existence, les raisons économiques se sont beaucoup dévaluées. La sphère commerciale, financière et industrielle est incapable de créer des valeurs qui pourraient expliquer un nouveau paradigme aux niveaux à la fois intérieur et extérieur. Ainsi, tous les dirigeants tentent maintenant de copier la façon dont Vladimir Poutine a agi pendant 17 ans pour créer de nouveaux États souverains qui seraient indépendants sur le plan économique et ce qui est encore plus important sur le plan politique. La Chine, l’Inde, la Turquie, l’Iran, le Brésil et beaucoup d’autres – tous ces États sont sur la voie vers leur souveraineté.
C’est aussi la raison pour laquelle le leader de la Russie a été la véritable star du sommet, même si beaucoup d’experts pensaient que Trump aurait joué ce rôle. Poutine est maintenant le seul porteur de ce genre de pensée politique. Il est évident que dans les années à venir, la Russie sera la principale source d’une nouvelle idéologie anti-libérale qui doit aider d’autres pays à faire un pas dans le futur post-libéral.
Traduction :  AvicRéseau International

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/g20-post-liberal-la-politique-enchaine-leconomie/#rVkWh4eJWhBsbf8s.99





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire